Créer mon blog M'identifier

L’inauguration des nouveaux locaux de l’Académie d’Art Dentaire de Bordeaux

Le 19 novembre 2014, 16:52 dans Humeurs 0

Jeudi 31 octobre a eu lieu l’inauguration des nouveau locaux de notre Académie d’Art Dentaire de Bordeaux. A cette occasion, je suis revenue sur mon parcours professionnel. Voici un extrait de mon discours ainsi que quelques photos de cette belle soirée à laquelle de nombreux prothésistes et dentistes de la région nous ont fait le plaisir de participer ainsi qu’un grand nombre d’entreprises partenaires.

 

" En 1997, après avoir reçu le titre de Meilleur Ouvrier de France,

ma carrière prend un tournant décisif. Alors que jusque là je me consacrais exclusivement à la fabrication, j’ai été sollicitée par des marques de céramique afin d’animer des stages et des conférences en France et à l’étranger. Je redécouvre dès lors mon métier sous l’angle de la transmission, la transmission du savoir. Petit à petit, je comprends que ma nouvelle mission sera de passer le relais à la nouvelle génération, d’offrir le savoir collectionné en 23 ans de vie professionnelle à des jeunes désireux d’apprendre le métier qui me fait vibrer.

Je deviens alors prof au sein d’une école Bordelaise, IPSO. Je me découvre une véritable passion pour l’enseignement. Etre présente à toutes les étapes de l’apprentissage, voir l’évolution de ces élèves et voir dans leurs yeux naître l’amour pour ce métier formidable. Très vite je reprends cette école avec l’envie d’en faire une institution d’excellence, comme la France en compte quelques une dans le domaine de l’enseignement d’artisanat d’Art.

Depuis ce jour, près de 15 ans, mes collaborateurs et moi-même, ici à Bordeaux, à Paris depuis 2007 et à Aix en Provence depuis 2012, avons œuvré tout ensemble pour former quelques 3000 prothésistes dentaires. Certains travaillent en laboratoire, d’autres ont créé leur entreprise, d’autres encore ont rejoint de grand groupe prestigieux, certains même sont devenu d’excellent professeurs… Ce lien qui nous uni se vérifie chaque jour, lorsque nous les retrouvons sur des salons ou bien lors de visite impromptu qu’ils nous font dans nos école et notamment ce soir car ils sont nombreux dans la salle.

Très tôt, nous avons osé des paris avant-gardistes pour rénover l’enseignement de la prothèse dentaire : La formation pour les adultes en reconvention, qui est aujourd’hui devenue monnaie courant et ce dans beaucoup d’autres métiers.

Déjà en 2005, encore à l’époque du CAP,  nous enseignions la CAO car nous avions perçu que cette technique allait se démocratiser.

Le BTS est au programme depuis 2012, mais nous enseignons son contenu depuis déjà 10 ans par le biais de notre diplôme de CéramMaster.

Etre en avance sur son temps fait partie de l’ADN de notre école. Mais quoi de plus normal ! A mes yeux, il est du devoir d’une école d’être dans cette recherche car par définition, nous formons aujourd’hui, certes, mais surtout nous formons les professionnels de demain. Nous devons donc anticiper et ne jamais nous contenter de travailler au présent. Le temps de l’enseignement, c’est Le Futur. 

Aujourd’hui je suis heureuse de contribuer, par l’enseignement, au rayonnement de cet incroyable métier. Exigeant, difficile, en constante évolution mais dont on ne peut pas nier l’extraordinaire potentiel pour autant que l’on regarde vers l’avenir et vers une pratique d’excellence.

Aujourd’hui, tout en continuant à former les prothésistes dentaires, notre nouvelle ambition s’oriente vers les assistantes dentaires. Nous percevons déjà quelle sera leur métier dans les années qui viennent. L’assistante dentaire va devenir un pilier majeur pour votre cabinet. Demain vos assistantes seront des managers d’entreprise et elles seront les conseillères vers lesquelles vos patients se tourneront avant de prendre leur décision. Dans cette optique, nous mettons en place des cours de technique de vente, des cours de coaching et communication interpersonnelle.

Elles auront aussi un rôle résolument tourné vers le numérique, aussi nous avons développé un partenariat avec la société Sirona afin de les former à ces enjeux dès leurs premiers mois de formation.”

Pour clore ce billet, voici quelques photos de cette très belle soirée d’inauguration.

Meilleur Ouvrier de France : le verdict (épisode 6)

Le 9 avril 2014, 15:17 dans Humeurs 0

Jour après jour, la vie reprend son cours et je n’attend plus qu’une chose, le verdict

Un mois s’est écoulé depuis le remise des travaux à Lille. Chaque matin, je me réveille en pensant que c’est peut être aujourd’hui que le verdict va tomber. 

Evidemment, après tant de sacrifices et d’efforts, on espère que la réponse sera positive. Mais avec le recul, en réalité j’avais déjà gagné : ma technicité, mon expérience, mon exigence, mon savoir, avait fait un bond de 10 ans en avant, en une seule année.

Ce fameux jour arrive.

Je travaillais au labo quand on m’a annoncé que j’étais reçue Meilleur Ouvrier de France… Je n’y croyais pas. Je ne me souviens avoir pleuré toutes les larmes de mon corps. Je ressens encore cette joie immense, indescriptible, rare. J’imagine que ce bonheur est comparable à celui d’un sportif qui gagne une médaille d’or. Nous sommes peu nombreux à avoir eu le privilège de connaitre ce sentiment. 

Si vous concourez cette année, quelque soit votre métier, je vous souhaite de ressentir ce bonheur à votre tour. En tant que Meilleur Ouvrier de France et Présidente Adjointe de la Société Nationale des  Meilleurs Ouvriers de France, vous avez tout mon soutien et mes encouragements pour cette année de dur labeur.

Et, si vous n’obtenez pas le titre, vous pouvez être fier d’avoir concouru car vous êtes meilleur qu’avant le concours et vous êtes déjà mieux préparé pour le suivant. Fort de votre expérience recommencez ! 

Meilleur Ouvrier de France : Baby blues (épisode 5)

Le 2 avril 2014, 15:40 dans Humeurs 0

 

 

Vers la fin du concours, vous aurez fait des progrès considérables.  Vous aurez gagné l’équivalent de 10 ans d’expérience professionnelle en une seule année. Par conséquent, tout ce que vous aurez fait en “début d’année” ne vous conviendra plus tout à fait en fin d’année. Vous serez tenté de le refaire pour l’améliorer encore. Mais c’est un problème sans fin, il faut se raisonner et savoir s’arrêter.

Attention convoi exceptionnel ! Cette année-là, la remise des œuvres s’est faite à Lille, soit exactement 884 km à parcourir avec mon “bébé” dans les bras ! Impossible pour moi de le confier à un quelconque transporteur, aussi précautionneux fut-il ! qu’il soit. Me voilà partie pour un périple ou chaque kilomètre compte. La peur de casser mes modèles aussi près de la ligne d’arrivée était insoutenable.

J’ai une petite pensée également pour les métiers qui réalisent leur œuvre le jour J. Les mois de préparation ne sont que la répétition des gestes que vous aurez à faire devant le jury et j’imagine facilement votre stress en pensant aux aléas inhérents aux métiers artisanaux.

Dans tous les cas, mon travail est arrivé à bon port, indemne ! Cette fois, les dès sont jetés joués. Mon destin est entre les mains des correcteurs.

J’ai attendu ce moment de libération pendant un an. Durant cette année, j’ai pensé à tout ce que j’allais faire lorsque j’aurai fini le concours et que j’aurai du temps pour moi. Et loin d’être soulagée comme je l’avais imaginé, le sentiment qui m’a habité durant les semaines qui ont suivi le rendu des œuvres  était assez désagréable. Le concours avait pris tellement de place dans ma vie, l’année avait été si intense, si dense, que cela m’a laissé un énorme vide intérieur. Je ne savais plus quoi faire, je tournais en rond, je me sentais inutile. Le temps libre dont j’avais tellement rêvé, devenait un fardeau difficile à porter.

Mais, jour après jour, la vie reprend son cours et je n’attend plus qu’une chose, le verdict. 

Voir la suite ≫